Des réponses à vos questions

Nous avons regroupé dans cette foire aux questions (FAQ) des réponses aux interrogations que vous pourriez avoir concernant les Highland Lynx et même les chats en général :

La chatterie Timberline a déjà été éleveur de Manx, ce dernier a d’ailleurs été initialement utilisé dans le programme du Highland Lynx pour introduire le gène de la queue courte. Cependant, d'autres races, dont l'American Bobtail et le Pixie-Bob ont aussi été introduites dans le programme du Highland Lynx, les mutations de la queue courte peuvent donc être différentes d’une lignée à l’autre. Le Maine Coon, le Bengal et le Selkirk Rex sont aussi des races reconnues qui sont présentes dans les différentes lignées d'Highland Lynx.

Normalement le F désigne le nombre de générations depuis qu’il y a eu hybridation entre deux espèces (par exemple : Serval (Leptailurus serval) × chat domestique (Felis catus) = Savannah F1; Savannah F1 × chat domestique = Savannah F2; et ainsi de suite). Dans le cas du Highland Lynx, de nombreuses générations se sont succédées depuis l’hybridation entre l’« Hemingway Curl » (Felis catus) et le « Jungle Cat » (Felis chaus). Généralement, après cinq générations, selon les associations, le chat est considéré pur et le F n’est plus suivi dans le pedigree. Le même principe peut s’appliquer à un croisement fondateur entre deux chats de races différentes. En ce qui concerne les Highland Lynx au Chats Canada Cats, généralement, le F désigne le nombre de générations depuis l’enregistrement de la lignée dans le registre.

Le Chats Canada Cats reconnaît le Highland Lynx en tant que race en voie de constitution. Le club Highland Lynx / Highlander Canada espère faire une demande pour passer en race expérimentale d’ici 2022.

Ces termes correspondent à trois patrons de coloration retrouvés chez les Highland Lynx. Ils réfèrent à une génétique particulière situé sur le locus C.

Le patron sépia (cbcb) provient du Burmese. Il entraîne une coloration un peu moins présente avec les extrémités froides, telles que les oreilles, la queue, le nez et les pattes, plus foncées. La différence de coloration est plus évidente chez les chatons, mais elle est quand même légèrement perceptible une fois adulte. Les chats sépia ont généralement les yeux entre le vert gris et le doré.

Femelle Highland Lynx seal sépia classique tabby
Femelle Highland Lynx seal sépia classique tabby testé génétiquement afin de valider sa couleur.

Le patron pointé (cscs), communément appelé snow chez les Highland Lynx, provient des Siaimois. Il entraîne une coloration qui est restreinte aux extrémités froides (pointes) telles que les oreilles, la queue, le nez et les pattes. Les chatons naissent blancs et les pointes se colorent avec l’âge. Les yeux sont bleus.

Mâle Highland Lynx seal ticked tabby
Mâle Highland Lynx seal ticked point testé génétiquement.

Ainsi, un chat ne peut pas être snow sépia, une appellation largement utilisée chez le Highland Lynx, car cela implique deux patrons différents avec des génétiques différentes. Un accouplement entre un chat sépia et un chat pointé engendrera une progéniture uniquement mink. Le patron mink (cscb) est un intermédiaire entre les deux autres patrons (codominance). Il n’est pas aussi pâle que le pointé ni aussi foncé que le sépia. Les yeux devraient être aqua, mais il peut y avoir des variations tirant sur le bleu ou le doré.

Chatons Highland Lynx mink
Portée de Highland Lynx seal mink tabby née des deux chats (sépia et pointé) vus précédemment.

Non, les Highland Lynx ne sont pas hypoallergènes. Bien que certaines lignées sembleraient être moins allergènes, dont les Jungle Curl en raison de leur ascendance avec le Jungle Cat (Felis chaus) ou les Mohave Bob en raison de leur poil rex, aucune preuve scientifique appui cet hypothèse qui est basée sur des faits anecdotiques. La seule race de chat hypoallergène est le Sibérien, qui produit moins de protéine Fel D1 dans sa salive.

Un chaton ne devrait pas quitter sa fratrie avant l’âge de 14 semaines.  Les problèmes de comportement des chats sont fréquents et sont souvent la source d’abandon ou d’euthanasie. Les dernières études semblent démontrer que les chatons séparés avant l’âge de huit semaines auraient tendance à exprimer, à l’âge adulte, plus de comportements agressifs envers les membres de la famille que ceux séparés plus tard de leur mère. Cependant, ceux-ci ne seraient pas nécessairement plus peureux. L’âge de séparation avec la mère et la fratrie n’influencerait pas la tendance à s’approcher d’un étranger, mais un chaton séparé de façon précoce aurait un risque plus élevé de l’agresser. De plus, les chatons séparés plus tard, soit après la 14e semaine, présenteraient moins de risque de développer des comportements stéréotypés tels que le fait de se lécher excessivement et de téter ou de sucer de la laine de façon répétée. Ces chats sevrés tardivement auraient aussi tendance à avoir moins peur des nouveaux objets dans leur environnement et développeraient moins de problèmes de comportements (Ahola, M. K., Vapalahti, K., Lohi, H. 2017. Early weaning increases aggression and stereotypic behaviour in cats. Scientific Reports 7 : 10412).

Quand on observe, le comportement des chatons « sauvages », on se rend compte que ceux-ci ont tendance à rester avec leur mère et leur fratrie jusqu’à l’âge de 4 mois (17 semaines), bien qu’ils soient sevrés du lait maternel plus tôt. Plusieurs éleveurs pensent donc que le sevrage tardif doit faire partie des nouvelles mœurs et nous avons une clause à cet égard dans le code des bonnes pratiques du club.

Vous avez d’autres questions?

Communiquez avec nous par courriel club.hlcanada@gmail.com. Nous vous répondrons dans les plus brefs délais et nous pourrions ajouter votre question, et notre réponse, au contenu de cette section. Tout le monde sera gagnant : vous d’abord, et les autres passionnés de Highland Lynx qui consulteront notre site.